was successfully added to your cart.

Catherine Potron > sculptures
Dominique Leclair > photographies

du 01.07.19 au 05.09.19
Espace Envol – Boulevard de la Chaumette – Privas
entrée libre – 8h > 18h en continu

Avant de acheter Kamagra generique en ligne en France s’il vous plaît lire sur: Viagra generique en ligne ont la même demande à d’autres drogues dans certains grands avantages. Une étude réalisée en 2009 a montré que l’actif principe Sildenafil peut s’employer d’une forme effective dans 60 % jusqu’à 80 % des femmes. Vous pouvez acheter Cialis Enlignepascher-Cialis 150mg en ligne en toute sécurité, étant donné que son action n’a aucun effet sur la fonction de reproduction ou sur la qualité du sperme.

 

Vernissage lundi 1er juillet 2019 à 18h30 en présence des artistes, avec dégustation d’en-cas préparés par Dominique Leclair, un autre de ses talents.

Les villes, métropoles de plus en plus envahissantes et grouillantes, marquent notre civilisation. Elles inspirent romanciers et artistes, elles peuplent nos imaginaires, lieux de rêve ou de solitude…

Catherine Potron
La source de son inspiration est née d’une vision onirique où des architectures de différentes civilisations se mirent à se rejoindre, danser, fusionner. Enchevêtrements, juxtaposition de mosaïques pour ce passé recomposé se sont imposés à elle. En tant que bâtisseuse elle recherche dans chaque œuvre l’équilibre entre assise et légèreté, vue d’ensemble et richesse de détails, magma et dentelles. Avec parfois l’envie de faire pousser des ailes à ces monuments trop austères… La pierre, le bronze, la terre cuite, émaillée et dorée sont ses matériaux favoris. Elle aime jouer avec leurs colorations reconstituant l’érosion du temps.

Dominique Leclair
à 12 ans, pour sa « communion solennelle », Dominique reçut son premier appareil photo, un Canon EXEE, qui vint remplacer celui « en légo » qui ne le quittait pas  ! La naissance d’une vocation  ! Préférant l’argentique dont la profondeur de champs met en lumière le sujet, il se tourne vers le numérique par obligation. Adepte du noir et blanc qui, à ses yeux, permet de traduire davantage les émotions et les contrastes, il affectionne les lieux urbains, les lieux insolites et « Urbex ». Fasciné par les expressions et les émotions de ses semblables, il aime trainer dans les couloirs des métros pour saisir des détails de la vie, la foule et la solitude.

Retrouvez l’article dédié à l’exposition sur notre revue mensuelle Envol du mois de mai 2019.